FUSION : il faut prendre le temps de la concertation !

Courant février, le Président a rencontré les syndicats pour rappeler ce qu’il avait présenté à l’ensemble des agents quelques jours plus tôt. Il s’agissait principalement d’une prise de contact et d’un échange dont nous vous avons donné la synthèse. Malheureusement, l’entretien entre le Président a donné lieu à un malentendu que nous devons aujourd’hui dissiper.

LA CFDT N’A PAS PROPOSÉ AU PRESIDENT, NI APPROUVÉ, DE METTRE EN PLACE UNE
BOURSE A L’EMPLOI ET UN MOUVEMENT GÉNÉRALISÉ DES POSTES.

Comme lors de la rencontre du 4 février le président a présenté sa méthode quant à la fusion :

LES OBJECTIFS

Organiser la fusion en associant les agents et en mettant en place un accompagnement pour permettre aux agents de tirer le meilleur bénéfice de la fusion et de ne pas la subir mais d’en être acteur.

DES PRINCIPES

Les directions seront réparties sur les deux sites ; pas de mobilité géographique forcée sauf pour les directeurs.

LA MÉTHODE

Mise en place d’une cellule d’accompagnement qui a diligenté une première enquête afin d’avoir une vision globale des aspirations des agents.
Un organigramme sera proposé et tous les agents devront se positionner. C’est la fameuse bourse à l’emploi.

UN ÉCHÉANCIER

- Fin mars, diffusion de l’organigramme, tous les postes sont ouverts (mais les agents dont le service ne bouge pas peuvent rester sur leur poste),
- Jusqu’en juin, les agents candidatent sur les postes,
- Pendant l’été, les mouvements s’opèrent,
- Septembre, l’administration «est en ordre de marche».

QU'EN DIT LA CFDT ?

La CFDT est réservée sur le principe d'une répartition mono site des directions et services. Elle préconise une approche tenant compte des domaines d'activité et considère que l’échéancier contraint contredit les objectifs.
Le fait de programmer de façon séquencée et fractionnée la définition de la nouvelle organisation empêche une visibilité globale et inquiète les agents. Il y a nécessité d’ajuster les calendriers pour permettre une convergence de dates. L’association des agents à un projet qui les concerne est essentielle, c’est la garantie d’un investissement, c’est une forme de reconnaissance et de valorisation de leur engagement pour le service public. La CFDT adhère à cet objectif.

Mais associer ne veut pas dire tenir informé des décisions qui sont prises par ailleurs. Cela signifie faire activement participer à la construction du projet collectif. Cela exige donc du temps, celui de la connaissance mutuelle (Rouen, Caen, la nouvelle équipe dirigeante) et celui de la concertation. L’agenda contraint ne le permet pas.

Les représentants du personnel sont informés mais pas associés à la démarche. Nous avons découvert en même temps que vous le questionnaire qui nécessitait quelques ajustements. En outre, la demande d’un avis des syndicats nous aurait permis d’en prendre connaissance et de vous accompagner dans cette étape intéressante. Par ailleurs, certains collègues n'ont toujours pas le droit de contacter leurs homologues, quelle en est la raison ?


POUR LA CFDT, IL EST PRIMORDIAL QUE LES AGENTS SOIENT PARTIES PRENANTES
INDIVIDUELLEMENT ET COLLECTIVEMENT DU PROJET.

Afin de pouvoir en échanger avec vous, nous vous invitons le 29 mars à 12h00 à l'Auditorium. Ce sera l'occasion de vous faire part de notre approche, du calendrier et de l'état d'avancement de la réorganisation et de recueillir vos avis et propositions.

à bientôt